Emission radio et Environnement terrestre

Publié le par Ferlin

J'engage une étude des effets des particules solaires sur notre planète. Je vous ferais profiter au fur et à mesure mes découvertes.

 

Ce soir, à la recherche de l'image des particules solaires que j'ai mise à droite, dans les indicateurs et dont j'ai perdu le lien, je suis tombé sur l'influence des activités humaines sur ces radiations. C'est très interessant.

 

Ceinture-CESR.png

 

Les deux bandes Nord et Sud sont les points de pénétrations des radiation solaires dans la magnétosphère, là où se déroulent les Aurores Australes et Boréales. Nous voyons très bien aussi l'Anomalie Atlantique Sud, qui correspond à un trou dans la magnétosphère. Les "effets humains" sont décrits dans le texte ci-dessous.

 

Le champ géomagnétique protège la Terre du vent rapide formé par les particules continuellement émises par le soleil. Toutefois, une faible partie du vent solaire pénètre dans l’environnement magnétique de notre planète et forme les ceintures de radiation après accélération. Si les particules solaires sont préférentiellement injectées dans les ceintures durant les éjections solaires de masse coronale, on connait aussi des sources. C’est ainsi que le 9 Juillet 1962 les Etats Unis firent exploser une bombe de 1,4 Mégatonne à 400 km d’altitude au dessus de l’atoll Johnstone dans le Pacifique. Les particules beta émises lors de l’explosion vinrent grossir brutalement la ceinture de radiation interne. Sept satellites, dont Telstar, le premier satellite de télécommunication, furent endommagés ou mis hors d’usage.

 

Il fallut plusieurs années pour que les radiations dues à l’explosion se dissipent complètement, c'est-à-dire pour que les particules produites artificiellement soient précipitées dans l’atmosphère. C’est en effet par collisions avec des atomes et molécules neutres de l’atmosphère que sont perdues les particules des ceintures et c’est l’interaction cyclotron résonnante des particules avec des ondes qui constitue le mécanisme le plus efficace pour conduire les particules à précipiter dans l’atmosphère. Ces ondes modifient la direction et la valeur de la vitesse des particules piégées dans le champ géomagnétique, les conduisant ainsi dans les hautes couches de l’atmosphère au cours de leur mouvement de rebond entre points miroirs et de dérive azimutale autour de la Terre. On sait que des ondes de ce type sont associées aux éclairs atmosphériques et à divers autres processus naturels. Cependant l’homme produit aussi des ondes similaires par le biais des forts émetteurs à très basse fréquence (10-25 kHz) qu’il utilise pour guider les sous marins. Ces basses fréquences sont précieuses car l’eau de mer étant conductrice, les plus hautes fréquences, avec des longueurs d’ondes centimétriques, sont écrantées.


Grâce à des observations réalisées avec le micro-satellite du CNES DEMETER, des astrophysiciens du Centre d’Etude Spatiale des Rayonnements associés à des chercheurs de l’Université d’Otago en Nouvelle Zélande ont montré que le flux d'électrons qui s'échappe des ceintures augmente fortement (x350) quand un puissant émetteur radio, situé en Australie, fonctionne, tandis qu'il diminue quand l'émetteur est au repos. L’émetteur envoyant vers l’espace des ondes strictement mono-fréquences, il a été possible de calculer les effets attendus et de vérifier qu’ils étaient observés. Comme prévu, l’effet n’est mesurable que lorsque l’émetteur australien est situé dans la nuit locale. Durant le jour l’absorption ionosphérique est trop forte et le signal transmis vers l’espace est alors de puissance insuffisante pour avoir une conséquence notable sur les particules de la ceinture de radiation interne.

Ce résultat laisse présumer qu'il serait possible de contrôler le flux de particules piégées dans la ceinture interne de van Allen. On devrait ainsi mieux protéger les satellites qui s'y trouvent. D’autres applications, moins sympathiques, sont aussi envisageables.

 

La station australienne n’avait pas été destinée à produire la précipitation des ceintures de radiation et le signal effectivement transmis au-delà de l’ionosphère est de puissance très modeste, environ 1 kW, quand la station émet 1 MW à 19,8 kHz. Prévu pour un tir en 2010 le satellite de l’armée de l’air américain DSX emportera, au-delà de l’ionosphère un émetteur TBF et étudiera ses effets sur les particules des ceintures de radiation de façon contrôlée et extrêmement détaillée.

Contact :

Jean André Sauvaud (sauvaud@cesr.fr)

Référence bibliographique:

J.-A. Sauvaud, R. Maggiolo, C. Jacquey, M. Parrot, J.-J. Berthelier, R.J. Gamble, C.J. Rodger,
Radiation belt electron precipitation due to VLF transmitters : Satellite observations Geophys. Res. Lett., 35, L09101, 2008

 

Source

 

Publié dans Magnétosphère

Commenter cet article

Al198 13/01/2011 00:35


http://translate.google.fr/translate?js=n&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&layout=2&eotf=1&sl=en&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fscience.nasa.gov%2Fscience-news%2Fscience-at-nasa%2F2010%2F11jan_antimatter%2F

Une news de la Nasa visiblement on se fait chier a essayer de fabriquer de l'antimatiere alors que Mère Nature le fait. De toute façon tout ce que l'on fait Elle le fait a la perfection et comme
des cons on a l'audace de vouloir reproduire ces chef-d'oeuvres... A la la les Hommes... Pourquoi mais pourquoi ne pas se contenter de contempler ce qu'Elle offre chaque seconde a nos yeux, a nos
oreilles, a notre odorat, notre toucher et notre gout.


Ferlin 13/01/2011 21:24



Le diable veut se faire passer pour Dieu...



Hélios 12/01/2011 21:57


Jean-Yves, contente de te lire à nouveau. Tu vas avoir sûrement plein de choses à nous raconter de tes récents voyages (ce qui explique ton silence). Pour le météor crater, il est bien le site
idéal avec son environnement pour faire le fake de l'alunissage.
Bises


jean yves 12/01/2011 21:12


L'intéret de Météor crater, c'est qu'ils étaient au fond d'un trou sans les ombres du soleil, et seulement la lumière artificielle pour produire d'ailleurs des incohérences d'ombre (venant de 2
directions à la fois) bien visibles sur certaines photos. De plus, ce site étant très bien délimité et difficilement accessible au fond, ils étaient tranquilles pour s'entrainer ou simuler un
alunissage et le filmer. Ils avaient sur place le LEM, des grues pour le soutenir et même la capsule Apollo!


Ferlin 13/01/2011 21:23



Oui... La légende veut que tout ait été tourné en studio, ce qui expliquerait les similitudes dans certains paysages pour des scènes distantes de plusieurs km...



cat 12/01/2011 01:40


un petit apparté non scientifique ...http://www.dailymotion.com/video/x77ph8_l-homme-est-il-reste-sur-la-luney_fun#from=embed

j'ai commencé à douter de cette aventure lunaire lorsqu'ils ont déclaré avoir perdu les videos originelles ... c'est gros quand même, surtout de la part de la Nasa ...


Ferlin 12/01/2011 20:30



Excellent...


 


Etant donné le nombre de sondes, l'année dernière, qui ont cartographié la Lune, sans apporter aucune image probante des zones d'alunissages ( ils ont la technologie pour filmer un dés à coudre
sur la Lune, désormais ), me parait très louche. Soit ils ont un intérêt à garder le trouble sur cette histoire, soit il y a vraiment anguille sous roche...



jean yves 11/01/2011 21:01


Coucou, me revoilà, j'ai fais beaucoup de voyages très instructifs ces derniers temps
A propos de l'entraînement des astronotes, je me souviens d'un voyage en Arizona ou j'ai vu "Météor crater" près de flagstaff, juste à coté du grand canyon, ou les astronautes s'entrainaient
régulièrement. Il s'agit d'un cratère comme sur la lune en plein milieu d'une zone désertique. Ils n'ont même pas eu besoin de la zone 51!

http://www.meteorcrater.com/


Ferlin 12/01/2011 20:27



Il y a la zone des tests nucléaires, aussi, qui ressemble beaucoup à la surface lunaire.