Vers une disparition de l'activité solaire (et un refroidissement) pour les décennies à venir ?

Publié le par Ferlin

Ce billet fait écho à une brève parue tout récemment (le 14 septembre 2010) dans le journal Science, (Science Now), intitulée : "Say Goodbye to sunspots ?", soit "Faut-il dire adieu aux taches solaires ? "

Il est dans le droit fil des présentations de Samir Solanki et de McCracken (ci-dessus) et des analyses de Jager et Duhaut que j'ai déjà commentées, ainsi que d'un article publié par la NASA en 2006 dont je rappellerai les constatations ci-dessous.


De fait, comme les spécialistes du soleil cités ci-dessus, deux astro-physiciens américains, Matthew Penn et William Livingston, spécialistes du soleil au National Solar Observatory (USA, Tucson), prévoient, eux aussi, mais à partir de considérations notablement différentes de celles des précédents, une baisse marquée de l'activité solaire pour les décennies à venir. Leur analyse basée sur l'évolution du champ magnétique du soleil est assez novatrice et mérite une explication.

 

L'article que je commente dans ce billet sera très bientôt publié dans les comptes rendus de l' IAU (International Astronomical Union) Symposium N°273 (The Physics of Sun et Star Spots) qui s'est tenu à Ventura en Californie du 22 au 26 Août 2010. Cet article est d'ores et déjà accessible sur ArXiv. Il est intitulé : " Long Term Evolution of Sunspots Magnetic Fields" soit " Evolution à long terme des champs magnétiques des taches solaires."

Voici le résumé de l'article de Penn et Livingston (2010).

 

"Une décroissance de la force du champ magnétique solaire, indépendante du cycle solaire normal, a été observée à partir de la séparation Zeeman de la raie à 1564.8 nm (NDT : soit 1,5648 microns. Donc dans l'infrarouge) du Fe I, à l'aide du Télescope Kitt Peak McMath-Pierce du National Solar Observatory. Des variations correspondantes de la brillance des taches solaires et de l'intensité des raies d'absorption moléculaires ont aussi été observées. Nous avons observé que cette tendance se prolongeait dans les premières taches solaires du nouveau cycle solaire 24. On voit qu'une extrapolation de cette tendance, suivant une relation linéaire, conduirait à un nombre de taches solaires égal à la moitié de celui du cycle 23 et impliquerait pratiquement aucune tache solaire pour le cycle 25.
Nous avons examiné les observations synoptiques obtenues à l'aide du NSO Kitt Vacuum Telescope et initialement constaté (avec 4000 taches solaires) une variation de la brillance des taches qui était en accord avec les observations dans l'infrarouge (Ndt : C'est-à-dire à partir de la séparation Zeeman de la raie du Fe I). Une étude plus approfondie (avec 13000 taches solaires) de la brillance des taches et des flux magnétiques révèle que la relation entre le champ magnétique des taches solaires et la brillance de ces dernières reste constante pendant un cycle solaire. Il n'existe que de faibles variations temporelles dans la brillance des taches, leur taille et le flux (magnétique) observé dans cet échantillon plus important. A cause du désaccord apparent entre les deux jeux de données, nous exposons les raisons expliquant que l'analyse des raies infrarouges fournit une mesure directe et unique du champ magnétique dans les taches solaires.


Quelles explications :

1) Quelle relation y a t-il entre le champ magnétique solaire et l'activité éruptive solaire ? penn2
Réponse : le grand "tapis roulant" (conveyor belt) solaire (figure ci-contre)

Le grand "tapis roulant" solaire consiste en un courant massif de plasma très chaud qui circule à l'intérieur du soleil mais dont une partie affleure la surface du soleil comme on le voit sur cette figure indiquant le profil en coupe du soleil. Le "tapis roulant" possède deux branches, l'une au Sud, l'autre au Nord. Le "tapis roulant" tourne très lentement, à la vitesse de la marche d'un homme (environ 4km/heure). Un circuit complet est effectuée en environ 40 ans. Cette durée peut varier entre 50 ans (vitesse lente) et 30 ans (vitesse rapide).


Voici l'explication donnée par la NASA :

"Le sommet du "tapis roulant" écrême la surface du soleil en balayant les champs magnétiques des vielles taches solaires décédées. Les "cadavres" (Ndt : les traces des éruptions solaires qui ont disparu) sont entraînées vers le bas, vers les pôles, jusqu'à une profondeur de 200.000 km où la dynamo magnétique solaire peut les amplifier. Quand les "cadavres" (les noeuds de champ magnétiques) sont réactivés, ils ont tendance à flotter jusqu'à la surface induisant de nouvelles éruptions solaires."
Ndt : La dynamo solaire est à la base des prédictions sur les cycles solaires de la plupart des astrophysiciens, dont David Hathaway de la NASA.
Ainsi, la mesure précise du champ magnétique à proximité des taches solaires donne-t-elle une indication précieuse sur les mécanismes internes au fonctionnement du soleil, du tapis roulant et des éruptions solaires.

 

2) Comment Penn et Livingston ont-ils fait pour mesurer le champ magnétique du soleil existant à proximité des taches solaires?
Réponse : Ils ont observé l'effet Zeeman résultant du champ magnétique à proximité des taches solaires sur des niveaux de l'ion Fe I présent à la surface du soleil.

 

L'effet Zeeman , (du nom d'un très précoce (il découvrit l'effet qui porte son nom à 21 ans !) chercheur des Pays-Bas, Pieterpenn8 Zeeman) résulte de l'action d'un champ magnétique sur des atomes dont les niveaux énergétiques correspondent à des états de spins différents mais qui sont confondus. On dit de ces niveaux multiples confondus qu'ils sont "dégénérés".


Zeeman a découvert qu'un champ magnétique externe était capable de "lever la dégénérescence" de ces états.
Autrement dit, sous l'action d'un champ magnétique, les deux niveaux initialement confondus, se séparent. La séparation ainsi obtenue est aisément observée en visualisant les raies d'absorption (pour l'état fondamental) ou d'émission (pour l'état excité). Elle est, pour des champs magnétiques faibles, directement proportionnelle à l'intensité du champ magnétique appliqué. Le paramètre de proportionnalité qui caractérise la séparation (le splitting, disent les chercheurs) des niveaux en fonction du champ magnétique appliqué s'appelle le facteur de Landé.
A noter que l'effet Zeeman est à l'origine de la technique de la Résonance Paramagnétique Electronique (RPE) qui a fait faire d'immenses progrès à la spectroscopie.


Matthew Penn et William Livingston ont choisi d'observer directement la séparation (le splitting) d'une raie infrarouge ( à 1,5648 microns) de l'émission de l'ion Fe I, présente dans le spectre d'émission du soleil. Cette raie d'émission présente l'avantage d'être relativement fine, ce qui permet d'en observer le dédoublement avec précision. Le niveau électronique correspondant possède un facteur de Landé de 3 ce qui en fait un élément relativement sensible au champ magnétique qui règne à la surface du soleil.

penn6

Les images ci-contre indiquent comment est réalisée la mesure du champ magnétique.

 

La partie gauche montre une tache solaire (le centre noir) entouré d'une zone grise que l'on appelle la pénombre. La raie verticale indique la position de la zone étudiée.

La partie gauche de cette image montre le "splitting", la séparation des composantes du doublet dont la dégénérescence est levée par le champ magnétique local en fonction de la distance par rapport au centre de la tache noire dans le sens vertical comme dans le sens horizontal. Comme on peut l'observer, Penn et Livingston ont donc mesuré le champ magnétique à proximité de la tache de l'éruption

solaire, et ils ont suivi l'évolution de ce champ magnétique au cours des années, en partant de 1998.


Entre autres publications, Penn et Livingston avaient publié, dès 2006, un article sur le même sujet. Cet article qui ne pouvait concerner que quelques années relatives au cycle solaire 23, montrait une décroissance quasi-linéaire du champ magnétique durant cette période limitée.


Les passionnés du soleil (qui sont très nombreux) attendaient avec une grande impatience les résultats du cycle 24 pour voir si la décroissance du champ magnétique se poursuivrait lors du passage au cycle suivant le 23ème. C'est chose faite et les résultats de cette étude, recompilés et largement étendus, sont apparents sur la figure maîtresse de l'article publié en 2010. Voici donc,

La courbe maîtresse de l'article tout récent de Penn et Linvingston :penn4

 

 

Légende (Fig. 1) :" Mesure du champ magnétique total aux points les plus sombres des pénombres et des pores (Ndt :les taches noires sans pénombre), en fonction du temps. Les croix (rouges) indiquent les mesures ponctuelles. Les astérisques montrent les collectes annuelles. On donne trois ajustements linéaires. La droite en bas prend en compte les données de 1998 à 2006. La droite en haut prend en compte toutes les données du cycle 23 et la droite intermédiaire prend en compte toutes les données."

Si on prolonge la droite qui approxime toutes les données, on trouve que le champ magnétique devrait atteindre la valeur critique de 1500 Gauss ( c'est à dire la valeur en dessous de laquelle il semble que plus aucune éruption solaire ne soit possible) vers 2021.

 

Penn et Livingston complètent leur étude avec un deuxième graphe qui permet de se faire une idée de l'activité des cycles solaires 24 et 25 par rapport au dernier cycle écoulé (le 23). Le voici : penn5

 

Fonction de distribution du champ magnétique pour les cycles 23, 24 et 25 selon les hypothèses mentionnées dans l'article.
Pour les cycles 24 et 25 : Une simple relation de proportionnalité indique que le cycle 24 devrait avoir un maximum de 66 (SSN : Sunspot number, une quantité normalisée) tandis que le cycle 25 devrait avoir un maximum de 7, ce qui est pratiquement nul du point de vue de l'activité solaire.

 

 

 

 

 

Tout cela est intéressant mais il convient de rester prudent quand à ces prévisions. En effet, la période couverte par ces mesures est relativement limitée et il n'existe aucune théorie permettant d'expliquer quantitativement ces observations. De fait, et compte tenu des incertitudes qui pèsent sur ce type d'analyse, j'aurais sans doute hésité à rapporter sur cet article de Penn et Livingston si on n'observait pas une convergence remarquable entre ces résultats et les prédictions des experts de la NASA.


Cependant, comme je l'ai souvent fait remarquer, on ne sait finalement que peu de choses sur le fonctionnement du soleil et il est facile de se tromper, comme les tâtonnements successifs des spécialistes de la NASA au cours de la transition du cycle solaire 23 au cycle 24 l'ont largement démontré. penn3

 

A titre d'exemple, voici quelles étaient les prévisions faites en 2006 par David Hathaway (en rouge, cycles 24 et 25) et de Mausumi Dikpati (en rose, cycle 24).

Comme on le voit, Mausumi Dikpati qui prévoyait (seule contre tous !) un cycle 24 très énergique, s'est très probablement lourdement trompée. Hathaway qui a revu ses prédictions depuis lors, s'est, un peu moins, fourvoyé. Cependant, pour des raisons que nous allons voir ci-dessous, Hathaway prévoyait déjà un cycle 25 plutôt faiblissant. Mais, tout comme pour les prévisions du climat, il est possible (et commode) de réactualiser ses prédictions en permanence, jusqu'à ce que les prévisions se conforment à la réalité...

 

La suite sur PenséeUnique

Publié dans Fonctionnement Soleil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Antémémoire 08/10/2010 23:05


Wait en see...

Cette fois-ci le maximum solaire sera exacerbé par la conjonction de rayonnements puissants en provenance de la galaxie. La lenteur de la montée de l'activité solaire ne présage de rien, les choses
peuvent s'accélérer brutalement à tout moment.

Les prévision des scientifiques sont rarement vérifiées...


Ferlin 09/10/2010 00:24



Je pense, comme je l'ai écrit ici,
qu'ils vont profiter d'une explosion solaire pour déployer leur plan...


 


Mais ce n'est que mon analyse...



Antémémoire 08/10/2010 22:10


"Je suis étonné par tant d'alertes de la NASA. Tout indique un cycle faible... alors pourquoi ces inquiétudes?... Ils savent quelque chose que l'on ignore, c'est certain."

Oui, la gravité extrême du maximum solaire à venir...Pour le reste : désinfo pour ne pas trop affoler les curieux. L'objectif n'est pas de préparer les masses à cette catastrophe possible, mais
qu'il y ait un maximum de pertes et de cahots. C'est le Plan des Élites, après le chaos, une reprise en mains "musclée" des populations, avec exactions, pogroms, etc...Tous plieront devant leurs
nouveaux maîtres et sauveurs, les autres seront éliminés, torturés, donnés à la vindicte publique, désignés comme boucs émissaires des catastrophes.


Ferlin 08/10/2010 22:17



Les maximums des cycles des années 60, 80 et 90 étaient à 250 de moyenne d'activité solaire, pour ce cycle, nous atteindrons 60 à tout casser... Alors gravité où?...



Antémémoire 08/10/2010 17:11


Le maximum solaire sera atteint en 2012, il tiendra jusqu'en 2014. Le plus puissant depuis 5000 ans, d'après Pierre de Châtillon. On peut raisonnablement se préparer bientôt à un blackout de la
production électrique dans l'hémisphère nord. Retour à la préhistoire en 6 mois ! Plus d'eau, plus de pétrole et plus de distribution de vivres, plus de médicaments, plus d'opérations chirurgicales
: Mad Max, La Route !!!
On n'aura pas le temps de s'ennuyer, la survie est un job à temps plein !


Ferlin 08/10/2010 20:12



Bin j'ai pas les mêmes infos que Pierre... Pour moi, le maxi sera peut être en 2012, mais pas sûr.. Il sera long, entre deux et quatre ans ( cycle très faible ), mais cela n'empêchera en rien des
explosions sérieuses face à la Terre.


Je suis étonné par tant d'alertes de la NASA. Tout indique un cycle faible... alors pourquoi ces inquiétudes?... Ils savent quelque chose que l'on ignore, c'est certain.



david 07/10/2010 18:50


bonjour damien
ici dans le jura l'été indien s'est installé ...normal ou non , ou du moins artificiel ou non ...?!!!, quant aux éléments d'information apportés par magnetic je suis très circonspect , ou plutôt
inquiet, car attendre 2017/2025...!il serait très étonnant même en l'état actuel des choses que je tienne jusque là ...
bonne soirée


Ferlin 07/10/2010 21:53



Bonjour david. On aura 30, ici, demain, dans le sud ouest... Non, je pense que c'est naturel. Profitons en, car quand ça va tomber, ça va tomber. Comme je l'ao dit au moment où le minimum solaire
s'est enclenché, ce sont des périodes de temps extrêmes. Dans tous les sens du terme. Bonne soirée à toi aussi.



magneticpole 05/10/2010 03:39


Comment ne pas y voir la concordance avec les prophéties, le cycle de tache va s'éteindre complètement, alors viendra une période vide de taches et cette époque correspond à l'avertissement. On y
trouve ces informations dans le quatrain de Nostradamus:
“Quand le deffaut du Soleil lors sera,
Sur le plain jour le monstre sera veu,
Tout autrement on l'interpretera,
Cherté n'a garde, nul n'y aura pourveu.“

Marie Julie Jahenny y indique une chose similaire:
“Ne vous effrayez pas encore. Vous recevrez l’avertissement précis par l’apparition de taches dans le soleil... Je l’ai déjà dit (à La Salette)...“

Cette période correspond avec l'arrivée en fin de vie du pape actuel et d'une des voyantes de garabandal, celles qui seront mortes apparaitront en vision. Tout converge vers 2017-2025 au plus
tard.

Il faut un cycle solaire calme et c'est en train d'arriver....


Ferlin 05/10/2010 11:36



Oui, pour ma part, pour l'avertissement, je pense à un trou coronal géant, qui cumulerait l'absence de tâche avec un très violent vent solaire, ce qui pourrait expliquer les phénomènes prévus
pour cette période.